A propos...

J’œuvre comme « Accompagnatrice de l’Être » en donnant des consultations, des conférences et des ateliers dans la francophonie à travers le monde. 


Teilhard de Chardin a dit : « Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle. Nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine. »

 

Comme vous tous, je suis un Être immortel qui vient sur terre vivre une expérience temporaire et j’ai choisi de la rendre la plus agréable possible. 


Depuis plus de 25 ans, j'ai fait de nombreuses formations afin de comprendre mon fonctionnement humain simplement pour Être plus heureuse dans ma vie ! 


On m’a nommée Sonia (origine Sophia : sagesse) Pasqualetto (petite Pâques, pâques est le symbole chrétien de la mort et de la renaissance, alors tel le phénix je renais régulièrement de mes cendres !) 

 

J’y ai vécu de très nombreuses expériences depuis le début de mon séjour en 1955. Mon père est de sang italien et ma mère gaspésienne. La Gaspésie se situe à l’est du Québec près de l’océan à Mont-Louis où j’ai été conçue le fleuve à 125km de large. Je suis restée à Murdochville jusqu’à mes 11 ans. 


À 9 mois, j’ai fait mon premier voyage en Europe avec mes parents, 3 mois dans la famille de mon père, ensuite 2 mois à l’été de mes 11 ans. 


Le voyage me permet d’ouvrir mes horizons, de découvrir de nouvelles façons de voir la vie, une riche expérience de diversité. Et je n’ai jamais arrêté depuis. Lorsque j’ai atteint mon point de bascule en 2009 et que je me suis retrouvée devant RIEN, j’ai repris le large mais cette fois sur le chemin de Compostelle espagnol pour me retrouver et depuis ce temps je vis en nomade sur les routes du monde. Heureusement ma mère, mon mécène sans qui je ne pourrais faire cette vie, m’offre dans sa maison un lieu pour me déposer et y laisser quelques meubles et souvenirs. Comme ça je ne suis pas une SDF, j’ai une adresse ! Et de tout mon cœur je l’en remercie.


Un peu de moi, extrait du livre "Points de Bascule, tome 1"  présenté par Annie Laforest aux éditions Le Dauphin Blanc :


Je suis née raisonnable. Ce fut ma plus grande souffrance jusqu’à ce que ma vie bascule. Dès ma plus tendre enfance, je me pose des questions. Je veux toujours savoir pourquoi, comment. Ma mère me disait : « Arrête Sonia de te poser toutes ces questions, tu vas devenir folle. » La folie fut d’ailleurs ma plus grande peur. Malgré tout, j’ai continué à chercher auprès de nombreux enseignants. Leurs réponses m’amenaient d’autres questions, mais jamais le bonheur. J’étais une éternelle insatisfaite. Du physique au spirituel en passant par l’émotionnel, l’intellectuel et l’énergétique j’ai étudié 15 ans auprès de nombreux spécialistes. J’ai tellement rempli ma tête d’informations qu’à l’automne 2007, j’ai fait une méga indigestion… Un court-circuit s’est produit dans mon cerveau, et pendant un an et demi, il y a eu interruption temporaire de toutes mes fonctions. Un barrage s’est effondré et une rivière de larmes s’est mise à couler. Des larmes retenues depuis une vie entière. J’étais perdue et tellement triste! Je cherchais désespérément où était ma place et comment être heureuse.


Mon ami Gérard Athias me disait : « Sonia, pour sortir de la dépression, tu dois développer la confiance. Fixe-toi un but et le chemin s’ouvrira. » D’aussi loin que je me souvienne, ce but a toujours été le même : être heureuse. Pourquoi, avec tout ce que j’ai, ce que je sais et tout ce que je fais, je n’arrive pas à être heureuse? Tous les sacrifices inutiles auxquels je m’étais contrainte pour répondre aux normes de la société et aux attentes des autres, bref tout ce que j’avais fait pour être aimée s’avérait toujours trop ou trop peu. Grâce à cette profonde dépression, j’ai pu changer ma façon de voir ma vie.


À ce moment, la philosophie Ho’oponopono est entrée dans ma vie. Au lieu de chercher le coupable dans mon entourage — STA COSE de qui — ou dans ma généalogie — quel ancêtre m’a légué le gène qui m’empêche d’être heureuse — j’ai appris à identifier les mémoires et les conditionnements que je porte par héritage généalogique, et à en devenir responsable. Ainsi, j’ai pu entreprendre le processus de libération et j’ai choisi de me reconnecter à ma puissance. Je sais maintenant que je suis une chercheuse-trouveuse, une exploratrice de la vie.


J’ai demandé à la Vie : montre-moi le chemin.


Une pensée me revenait continuellement : « Pour guérir, il te faut partir et marcher sur le chemin de Compostelle. » Ma réponse était toujours la même : c’est impossible, je ne peux pas marcher longtemps à la suite d’un accident survenu à l’âge de huit ans qui a laissé de graves séquelles dorsales. En plus, je ne voyais pas l’intérêt de passer des vacances dans la misère, à marcher avec un sac à dos et à dormir dans des dortoirs bondés. J’aurais préféré séjourner dans un hôtel 4 étoiles au bord de la mer! La Vie me parlait de l’intérieur, mais je ne l’écoutais pas. Puis le 17 juin 2009, mon monde bascule. À la suite d’une énième discussion concernant un problème d’argent, je m’entends dire à mon mari, l’homme que j’aime depuis 27 ans : « C’est ici que ça se termine, je ne vais pas plus loin. J’abandonne, je t’abandonne. Je n’ai plus la force de me battre pour sortir, une fois encore, de cette situation difficile. » Moi qui avais toujours été reconnue comme une femme forte, une battante, abandonner n’était pas une solution envisageable. Mais ma grande vulnérabilité due à mon état dépressif semblait avoir ouvert une brèche dans le mur de résistance que j’opposais à ce pressant appel. Je sentais que si je ne posais pas un geste aussi radical, je sombrerais dans la folie. Il me fallait opter pour une autre voie pour que ma vie prenne tout son sens. Il me fallait tout voir différemment. Changer radicalement. Choisir une nouvelle direction et agir.

Albert Einstein a dit : « La folie de l’homme, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. »


J’ai lâché prise, j’ai fait le grand saut et je me suis abandonnée dans les bras de la Source de vie en disant : « Que ta volonté soit faite! » Je ne savais plus quoi faire ni où aller. « Montre-moi le chemin. » Et j’entendais toujours la même réponse à l’intérieur de moi : « Prends le chemin des étoiles, le chemin de Compostelle. » (stelle = étoile). J’ai compris que je pouvais littéralement composter toutes ces « merdes » que j’avais vécues pour en faire l’engrais du jardin de ma nouvelle vie. Au pied de toutes les odorantes roses ne trouve-t-on pas du fumier?

J’ai fait confiance et j’ai lâché ma résistance. Cette Vie qui coule en moi est plus forte que tout parce qu’elle vient de la Source, dans cet espace où tous les possibles sont possibles. Je suis donc passée à l’action. J’ai tout mis en œuvre pour partir malgré mes problèmes financiers. J’ai mis la maison en vente et organisé une méga vente de garage. Bien à contrecœur, j’ai dû me départir de magnifiques objets et bijoux que j’aimais. Cette période de détachement matériel fut très difficile pour moi car je « possédais » beaucoup. Et pour concrétiser mon voyage, j’ai aussi demandé à mon amie Agnès, agente de bord, de me fournir un billet d’avion pour l’Europe. L’adage « Aide-toi et le ciel t’aidera » prenait tout son sens.


Le chemin de Compostelle    


Ho’oponopono


Ho’oponopono S.I.T.H. est une méthode issue des enseignements ancestraux hawaiiens. Ho’oponopono est arrivé dans ma vie suite à un songe fin 2007. J’ai lu le livre Zéro limite du Dr Hew Len et Dr Joe Vitale (éditions du Dauphin blanc) et au printemps 2009 et j’ai suivi 2 séminaires avec le Dr. Ihaleakala Hew Len aux États-Unis. J’expérimente dans mon quotidien de nombreuses transformations, grâce à cette pratique. Ma façon de penser et d’agir s’est grandement modifiée. Sortir du comportement victime pour devenir responsable des mémoires que l’on porte et choisir de s’en libérer est une quête de tous les instants.


Au-delà de la récitation de prières (Je suis désolé, pardonne-moi, je t’aime, merci), la philosophie Ho’oponopono (rectification des erreurs) se marie à tous les enseignements universels. Ma pratique de cette méthode m’a permis de commencer à me libérer des vieilles mémoires souffrantes que je portais, mémoires héritées de mes ancêtres et de mes vies passées. Elles m’encombraient, prenaient toute la place, je m’identifiais à elles et à mon histoire, je n’étais pas Moi. En pratiquant chaque jour ce processus de pardon (le plus grand acte d’amour pour soi) et de libération, en m’affranchissant des chaînes du passé, je créais de l’espace pour laisser la Source de Vie couler en moi. La paix m’habitait de plus en plus. En me libérant de tout ce que je ne suis pas, je me reconnectais progressivement à qui JE SUIS. En réalité, en me détachant de la matrice généalogique où tout n’est que répétition, je me rapproche de la Matrice divine.


Maintenant au lieu de raisonner, je résonne. Oui, je suis de plus en plus en résonance avec la magnificence de la Vie. Je suis plus cohérente avec ce que je ressens, ce que je pense et ce que je fais. Je m’aligne avec mon essence. La guérison s’installe. Mon corps se transforme. Moins je résiste, plus la Vie peut circuler librement en moi. Carl Jung l’a exprimé avec tant de justesse : « Tout ce à quoi l’on résiste persiste et tout ce que l’on embrasse s’efface. »


Je découvre l’importance de mon corps et de mon enfant intéRieur J’ai toujours cherché à faire l’unité autour de moi, mais j’avais oublié de commencer par la faire en moi. Par exemple, j’ai réalisé l’importance de mes pieds après avoir souffert de multiples ampoules infectées. Un premier travail a consisté à rendre grâce à chaque partie de mon corps. J’ai tellement voulu me dissocier de mes souffrances d’enfant et de cette enveloppe physique pour accroître ma dimension spirituelle. Ce chemin des étoiles me faisait comprendre que mon corps est l’outil essentiel me permettant de vivre l’incarnation. Et que le parcours terrestre est d’autant plus aisé que le véhicule est en bon état de « marche ». Comme « Aide-toi et le corps t’aidera ». Je me suis réconciliée avec mon enfant intérieur et ensemble nous cheminons vers l’Unité.

Aujourd’hui, je peux dire que je suis sur le chemin pour accomplir ma mission : 


« Être heureuse!  Et le moyen le plus puissant d’y arriver est de mettre l’ÂmeOur au cœur de ma vie.  ÂmeOur et gratitude! »


Cours suivis : 


Depuis 1994, j’ai participé à une multitude de formations au Québec, en France, en Belgique, au Maroc, aux États-Unis et en Égypte.


J’ai aussi, pendant 7 ans, organisé au Québec de nombreux séminaires avec des conférenciers français et belges (médecins-homéopathes : Dr. Olivier Soulier et dr. Eduard Van den Bogaert, scientifiques dr Alain et Claudie Bouchet et Jean-Jacques Crèvecoeur). 


Je remercie tous ces professeurs. Mon but était de me comprendre, de me guérir, de cheminer vers un mieux-être par la connaissance et l’expérimentation. Du physique au spirituel en passant par l’émotionnel, l’énergétique, le psychologique, j’ai exploré et j’ai étudié avec les plus grands dans leurs domaines. Je les remercie d’être des diffuseurs de connaissance pour notre mieux Être.


En plus des conférenciers formateurs dont j’ai organisé les séminaires au Québec, j’ai suivi des formations avec ces enseignants : 


Dr. Claude Sabbah Biologie totale - dr. Gérard Athias - Georges Lahy - Jean-Philippe Brebion - dr Christian Beyer - Alexandro Jodorowski - dr.David O’Hare - dr.Mario Beauregard - dr. Isabelle Burnier - Christiane Singer -  dr. J-P Amigues et dr. Regine Zekri-Hurstel - Vilma Mazolini - dr Anne-Marie Primard - Michel Conte - dr Hew Len - Christiane Muller – André Grobety - Josie Kromer - dr. Philippe Marcoux - Kishori Aird - Isabelle David - Marie-Thérèse Génovesi - Lise Coté – dr Elisabeth Reichel - Michel Groleau - Claudie Chasla Merlin - Sogyal Rinpoché - Thomas D’ansmbourg - Don Miguel Ruiz - Dan Milleman - dr Aziz el Amrani-Joutey- Gregg Bradden.  


Plus tous les intervenants des divers symposiums auxquels j’ai assisté dont dr. Bruce Lipton (épigénétique) que j’ai particulièrement apprécié.

Toutes ces personnes rencontrées ont apporté une semence que j’ai fait pousser dans le jardin de ma vie. Plus d’une centaine de séminaires depuis 25 ans :

  • La biologie totale, le sens des maladies, la physiologie, le décodage biologique, l’embryologie, la bioanalogie, les clés de naissance, la cohérence cardiaque, l’ouverture du cœur, la symbolique : du corps humain, des maladies, des dents, des goûts alimentaires, des lettres hébraïques, des prénoms, des signes astrologiques, etc.
  • Le cerveau, l’alimentation vivante, les peurs, la dépression, la braingym, la Biotrame, la géobiologie, la radiesthésie, la fascias thérapie, les hauts lieux sacrés, fenshui, l’éthologie, le tarot, la communication cellulaire, l’énergétique chinoise, les actes psychomagiques, la communication thérapeutique, la PNL programmation neuro-linguistique,
  • L’EFT (Emotionnal freedom technique), la reprogrammation de l’ADN, CNV communication non violente, la psychogénéalogie, la spiritualité, l’accompagnement des mourants, l’Angéologie, la Kabbale, l’enfant intérieur, le lâcher prise, l’ouverture des chakras, les enseignements de Merlin dans la forêt de Brocéliande
  • et de nombreux symposiums avec de multiples intervenants.


J’y ai tellement rempli mon sac de connaissances qu’à l’automne 2007 j’ai fait une méga indigestion !!! Mon cerveau à interrompu temporairement toutes les communications! Suite à cette dépression, j’ai eu besoin d’aller à ma rencontre, « m’accueillir telle que je suis et m’aimer inconditionnellement » pour ensuite mieux comprendre et aimer l’Autre. J’ai eu besoin de rentrer dans mon cocon pour que la chenille se transforme en papillon !


—————————————–


Profil de carrière : 

1972-1975 : Formation en Marketing CEGEP

Résumé des emplois les plus significatifs :

77-83 : Responsable de l’éducation et l’information des membres pour Cooprix, coopérative alimentaire de 5 magasins. But : changer les techniques de mises en marché, éduquer les consommateurs membres pour qu’ils deviennent plus conscients de leurs achats etc.

• 84-85 : Directrice générale Coopérative funéraire de l’Estrie Sherbrooke But : remonter l’entreprise et changer les habitudes dans le domaine funéraire et devenir plus conscient dans tout ce qui a trait à la mort : de l’accompagnement du mourant jusqu’au deuil en passant par la transformation des rites funéraires.

• 87-91 : Consultante en ressources humaines: (Head-Hunter) But: Trouver la bonne personne pour des postes de cadres

• 92-93 : Garderie à la maison

• 2001-2008 : Organisation de séminaires dans le domaine de la santé et du mieux-être avec des scientifiques européens. Relations entre le comportement et la maladie etc. Dr. Olivier Soulier, Jean-Jacques Crèvecoeur, Dr Alain et Claudie Bouchet, dr Eduard Van den Bogaert, Jean-Philippe Brebion,

• 2010 : Soins à domicile

• depuis 2011 : Animatrice d’ateliers en développement personnel

• Accompagnatrice de Jeûnes


image1